une Côte d’Ivoire Meilleure.

 

Une Côte d’Ivoire solidaire : La stabilité

Le premier pilier de la Côte d’Ivoire Solidaire, c’est le trio :
Paix – Sécurité – Cohésion.
Nous allons consolider les acquis sécuritaires, renforcer la cohésion sociale pour que
chaque ivoirien et chaque ivoirienne se sentent libres et en paix où qu’il se trouve sur
toute l’étendue du territoire national, pour qu’il puisse planifier son avenir, se projeter
et investir sereinement, parce que sans Paix, rien n’est possible.

NOS MESURES CLÉS :
1.1 – SÉCURITÉ

Amélioration des capacités techniques et intensification de la lutte contre l’insécurité

• Poursuite de la mise en oeuvre de la loi de programmation militaire ;
• Poursuite de l’extension, de la réhabilitation et de l’équipement de commissariats, de districts de police, de préfectures, de casernes ;
• Digitalisation de la police par la modernisation de la base de données de la Police nationale, interconnexion des services de Police ;
• Construction d’un Commissariat de Police par chef-lieu de département ;
• Construction d’une Brigade de gendarmerie dans toutes les sous-préfectures ;
• Extension de la vidéosurveillance à l’ensemble des sites majeurs tant dans le district d’Abidjan, qu’à l’intérieur du pays ;
• Augmentation des effectifs des structures en charge de la lutte contre la cybercriminalité (DITT, ARTCI) ;
• Construction et équipement de l’académie internationale de lutte contre le terrorisme.

Amélioration des conditions de vie de nos forces

• Amélioration des conditions de retraite des forces de défense et de sécurité ;
• Restructuration, redynamisation du Fonds de la Police Nationale et du Fonds de Prévoyance Militaire ;
• Accession à la propriété immobilière (programme de logements/ achats directs, location-vente, etc) ;
• Poursuite de l’extension et de la réhabilitation des cités policières.

1.2 – PAIX ET COHÉSION SOCIALE

• Renforcement du rôle de la Médiature de la République et de la Chambre des Rois et des Chefs traditionnels dans la prévention et le règlement des conflits, ainsi que dans le renforcement de la cohésion sociale ;
• Amélioration du climat social entre les populations elles-mêmes, entre les populations et l’administration, et entre les populations et les forces de défense et de sécurité ;
• Modernisation de la gestion des archives de l’identification et de l’Etat civil.

1.3 – JUSTICE

• Renforcement de l’indépendance de la justice par la finalisation de la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature et l’adoption d’un nouveau statut des magistrats ;
• Adoption d’un code de déontologie des magistrats et d’un code de déontologie du personnel judiciaire ;
• Renforcement des capacités et de l’intégrité du secteur judiciaire ;
• Restauration de la confiance des justiciables et des investisseurs économiques dans nos institutions judiciaires ;

• Création de nouvelles juridictions et de nouveaux établissements pénitentiaires ;
• Renforcement des voies de règlement des litiges commerciaux avec la construction de juridictions de Commerce à Abidjan, Bouaké et San-Pédro ;
• Achèvement de la construction de la cité judiciaire de Yamoussoukro ;
• Adoption d’un projet de loi pour l’amélioration de l’assistance judiciaire et juridique pour faciliter l’accès de tous à la justice ;
• Création d’un système d’information et de communication judiciaires accessibles aux citoyens.

1.4 – CULTURE DU CIVISME ET DE LA CITOYENNETÉ

• Développement de programme de formation citoyenne sur le respect des Institutions de la République et des biens publics, afin que chaque citoyen s’associe au développement de la nation ;
• Promotion et vulgarisation du volontariat, du bénévolat, de la culture démocratique, du civisme et de la citoyenneté ;
• Développement de programmes de service civique plus performants à l’attention de la jeunesse ;
• Création de centres de service civique dans tous les pôles principaux du pays.

 

Une Côte d’Ivoire solidaire : La création de la richesse

Le deuxième pilier de la Côte d’Ivoire Solidaire est la création de la richesse, source d’emplois.

Cela passe par la transformation structurelle de notre économie, notamment par l’industrialisation.
Une création partagée de la richesse nationale, portée par nos entrepreneurs, nos entreprises, grandes ou petites, nos agriculteurs, nos femmes, nos jeunes, nos artisans de tous les secteurs d’activités.
Pour y parvenir, l’Etat jouera pleinement son rôle de Chef d’orchestre et va :


1.1. Accélérer la création de richesses ;
2.2. Promouvoir le secteur privé comme moteur de la croissance et de l’emploi ;
2.3. Améliorer le financement de l’économie ;
2.4. Poursuivre l’amélioration du climat des affaires ;
2.5. Renforcer les infrastructures économiques ;
2.6. Développer l’économie numérique.

NOS MESURES CLÉS :
2.1- ACCÉLÉRATION DE LA CRÉATION DE RICHESSES

Secteur 1 – Agriculture, ressources animales et halieutiques et chaînes agro-alimentaitres :

• Sécurisation du foncier rural ;
• Modernisation et professionnalisation de l’agriculture ;
• Professionnalisation des producteurs et renforcement des services financiers et des services d’assurances des risques agricoles ;
• Construction de laboratoires de recherche et de contrôle qualité (Cacao, Café, Palmier à Huile ;
• Vulgarisation de la recherche appliquée pour des hauts rendements ;
• Amélioration de l’accès au financement des agriculteurs ;
• Renforcement de l’accès aux infrastructures de base ;
• Renforcement de l’accessibilité des petits paysans aux intrants et matériel végétal performant à haut rendement ;
• Accélération de la transformation des chaînes de valeur rizicole et du manioc ;
• Promotion d’une aquaculture et d’une pisciculture compétitives, et développement des infrastructures de production, de transformation, de conservation des produits animaux et halieutiques à travers la promotion d’élevages modernes.

Secteur 2 – Préservation de l’environnement et protection de nos forêts :

• Meilleure valorisation et protection des forets classés ;
• Renforcement des filières vertes ;
• Renforcement de la résilience du littoral ;
• Développement d’un plan national d’investissement multisectoriel, incluant les points chauds de la dégradation côtière (Assinie, Grand-Bassam, Abidjan, Grand-Lahou, et San- Pédro).

Secteur 3 – Industrie, commerce et artisanat :

• Mise en place d’une politique volontariste de l’Etat pour la fabrication locale de produits industriels ;
• Sécurisation du foncier industriel pour la création de zones industrielles dans chacune des régions ;
• Facilitation à l’accès des locaux aux matières premières ;
• Poursuite de la facilitation de l’accès des PME à la commande publique ;
• Développement d’une industrie automobile en Côte d’Ivoire : usines de montage ;
• Création d’usines d’Assemblage d’équipements de transport, de matériels électroniques et médicaux ;
• Intégration des principales matières premières dans la chaine des valeurs mondiales (cacao, coton, anacarde, hévéa, etc.)
• Élaboration et mise en oeuvre du programme de développement du commerce intérieur prévoyant l’assainissement du secteur du commerce et la suppression des monopoles de fait dans certaines filières (bois, viande, poisson, commerce de détail) et insertion des nationaux ;
• Restructuration des organes de promotion des produits « Made in Côte d’Ivoire » à l’exportation.

Secteur 4 – Mines et hydrocarbures :

• Création de Pôle intégré « downstream » aux normes internationales sur les activités raffinage / trading / stockage pour assurer l’approvisionnement national et à l’hinterland ;
• Développement d’une carte géologique du pays qui sera accessible à tous les investisseurs ;
• Intensification de la répression contre l’orpaillage clandestin et extension du déguerpissement à l’ensemble du territoire national en relation avec les services judiciaires ;
• Renforcement de l’encadrement des artisans miniers à travers la création de chantiers-écoles ;

Intensification des campagnes de promotion du bassin sédimentaire ivoirien auprès de nouveaux majors pétroliers et des investisseurs locaux ;
• Amélioration de la compétitivité du corridor ivoirien pour se positionner en hub pétrolier de la sous-région.

Secteur 5 – Industrie du tourisme, des arts et des loisirs :


Tourisme :
• Formation de professionnels dans le secteur du tourisme ;
• Poursuite de la mise en oeuvre de la stratégie nationale de développement touristique baptisée « Sublime Côte d’Ivoire » ;
• Réalisation sur l’ensemble du territoire national d’infrastructures et de lieux d’expression culturelle ;
• Construction de la bibliothèque dénommée « Bibliothèque de la Renaissance Africaine » à Abidjan dans le cadre de notre politique de promotion et de valorisation du livre, ainsi que de la maison du cinéma ;
• Création de zones d’intérêt touristiques prioritaires et protégées ;
• Construction de la cité de la culture, des sciences et techniques à Yamoussoukro,

Sport :
• Construction des infrastructures de la CAN 2023 (stades de 40 mille places à Bouaké, 25 mille places à Korhogo, San-Pédro et Yamoussoukro, 8 cités CAN) ;
• Création de centres de loisirs et réhabilitation des infrastructures sportives ;
• Développement d’une politique de détection des talents en milieu scolaire et universitaire

2.2 – PROMOTION DU SECTEUR PRIVÉ COMME MOTEUR DE LA CROISSANCE ET DE L’EMPLOI

Développement et promotion des champions nationaux
• Promotion et prise de participation dans des « joint-ventures » pour la transformation des produits nationaux et le développement de labels nationaux : Made in Cote d’Ivoire ;
• Appui direct aux PME nationales en milieu rural/agricole et urbain, afin d’accroître leurs capacités d’investissement et de production, de commercialisation et ainsi de génération de revenus et de création d’emplois ;
• Facilitation de l’accès au crédit et renforcement des capacités d’absorption des PME, afin d’augmenter le taux de crédit à l’économie.

Entrepreneuriat en milieu urbain
• Mise en oeuvre d’un programme de formation des jeunes opérateurs en milieu urbain à travers un système de reconversion ou de formation qualifiante ciblant les métiers de l’agriculture et de l’agro-alimentaire, l’habillement, l’habitat, le numérique et le tourisme ;
• Facilitation de l’accès à l’habitat, notamment à travers des mécanismes de promotions immobilières et de location-vente adaptés aux milieux urbains.

2.3 – AMÉLIORATION DU FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIE

• Renforcement du Partenariat Public-Privé ;
• Renforcement de la Caisse des Dépôts et Consignations pour le financement de l’économie ;
• Elargissement de l’assiette fiscale pour mobiliser les ressources propres nécessaires au financement de l’ économie ;
• Mobilisation de l’Épargne domestique ;
• Financements innovants et alternatifs ;
• Développement de nouveaux produits et services financiers innovants ;
• Poursuite du développement du capital risque pour le financement des PME ;
• Renforcement des financements spécialisés de promotion sectoriels (Agriculture, Industrie, Habitat) ;
• Approfondissement du marché financier ;
• Mise en place d’un marché hypothécaire ;
• Renforcement de la sécurisation du foncier urbain.

2.4 – POURSUITE DE L’AMÉLIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES

• Accélération des réformes engagées pour améliorer l’environnement des affaires, notamment dans le cadre du Doing Business, du Millénium Challenge Corporation ainsi que l’Open Gouvernement Partnership (OGP) ;
• Mise en place d’un système d’information géographique du foncier urbain et rural pour une modernisation en profondeur du cadastre ivoirien et la consolidation des droits de propriété ;
• Mesures de suivi et d’accompagnement des intentions d’investissements étrangers ;
• Renforcement de la prévention et de la lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

2.5 – DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

• Accélération de la digitalisation de l’administration, des démarches administratives et du secteur privé ;
• Vulgarisation des TIC auprès de toutes les couches de la population, en offrant un accès à coût réduit à Internet ;
• Amélioration de la qualité du service et couverture intégrale du territoire en téléphonie et Internet haut-débit avant 2025 ;
• Généralisation de l’accès à Internet haut débit aux ménages (le last mile) ;
• Réforme du cadre juridique du VITIB et mise en oeuvre de son plan de développement ;
• Augmentation des capacités de formation d’ingénieurs et techniciens spécialisés en IT et en Télécommunication des structures publiques et privés d’enseignement de l’informatique et des TIC ;
• Mise sur pied du programme « Digital Abidjan » hub numérique francophone de l’Afrique de l’Ouest ;
• Mise à disposition de l’Internet gratuit dans tous les établissements d’enseignement et de santé publics ;
• Création de réseau d’écoles de reconversion au numérique ;
• Formation de plus de 75 000 ingénieurs et techniciens spécialisés au digital d’ici 2030 ;
• Création des incubateurs d’entreprises et de startups ;
• Création du E-agriculture et digitalisation de la chaîne de valeur agricole ;
• Mise en place du Data Center national.

 

Une Côte d’Ivoire solidaire : Une compétitivité accrue de l’économie

Le troisième pilier de la Côte d’Ivoire Solidaire est la création d’un cadre de vie agréable
et un environnement d’investissement attractif au niveau de chacune de nos régions.
Il s’agira de renforcer la compétitivité de nos régions par un environnement des
affaires plus favorable et des infrastructures économiques de qualité. Cela permettra
aussi à chaque ivoirien et chaque ivoirienne de continuer à bénéficier de conditions
de vie meilleure, partout en Côte d’Ivoire.

NOS MESURES CLÉS :
3.1- DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES RÉGIONS

• Mise en oeuvre effective du programme de développement de pôles économiques compétitifs et de villes secondaires ;
• Création des conditions qui permettent aux entreprises d’identifier efficacement les régions ou villes où elles peuvent générer les meilleurs rendements économiques ;
• Création du Guichet Unique Intersectoriel ou Centre de Ressources, pour faciliter l’accès à l’information technique et financière et fournir l’assistance nécessaires aux entreprises installées ou qui désirent s’installer dans les régions ;
• Poursuite du développement de zones industrielles dans les régions ;
• Amélioration des mécanismes pour accroître le recouvrement des impôts et taxes locaux ;
• Approfondissement et institutionnalisation de mécanismes de collaboration entre les régions et les communes.

3.2 – INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES

Transport
• Extension du réseau routier bitumé, reliant toutes les capitales départementales en routes praticables en toutes saisons ;
• Relance du développement et de l’extension du réseau ferroviaire ;
• Conception, financement et exploitation du nouvel aéroport international de San-Pédro et son aérocité ;
• Renforcement des capacités des infrastructures portuaires pour soutenir la politique d’amplification du volume des échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et le reste du monde ;
• Renforcement de la compagnie Air Côte d’Ivoire et développement de l’aérocité pour consolider la position de hub aéroportuaire d’Abidjan ;
• Amélioration de la fluidité routière ;
• Augmentation de l’offre de transports multimodales notamment le transport lagunaire sur Abidjan.


Electricité
• Electrification de toutes les localités de la Côte d’Ivoire à fin 2025 pour porter le taux de couverture à 100% ;
• Poursuite du Programme Electricité Pour Tous (PEPT) qui favorisera l’accès à l’électricité à 200 000 ménages par an pour les populations vulnérables ;
• Poursuite de l’extension du réseau électrique dans les zones déjà électrifiées ;
• Accélération du développement des énergies renouvelables dans le respect des engagements de la COP-21 ;
• Accroissement de la capacité de production et de la qualité de l’électricité produite, afin de consolider notre position d’hub sous-régional.


Eau potable
• Poursuite du Programme Eau Pour Tous pour la réalisation de 200 systèmes complets d’hydraulique urbaine dans 200 sous-préfectures en Côte d’Ivoire ;
• Sécurisation des ressources mobilisables pour l’alimentation en eau potable ;
• Réhabilitation des infrastructures hydrauliques humaines ;
• Alimentation en eau potable des localités non-sous-préfectures de 4000 à 5000 habitants.

3.3 – CADRE DE VIE

Hygiène et Assainissement
• Amélioration du cadre de vie des populations (assainissement, hygiène, etc.) ;
• Poursuite des efforts de gestion durable des déchets solides et liquides et des déchets dangereux, afin d’assurer aux populations un cadre de vie sain ;
• Poursuite de l’organisation de la collecte, du transport et du traitement des déchets solides ménagers et assimilés dans les villes ;
• Développement d’une véritable filière de transformation des déchets plastiques.


Accès au logement
• Accélération des programmes de construction de logements sociaux en zone urbaine et rurale ;
• Mise en place d’un programme de sécurisation de réserves foncières et de viabilisation, en vue d’accélérer le développement de l’habitat ;
• Mise en place de solutions de financement pour les ménages, pour l’accès au logement ;
• Mise en place de nouvelles procédures et régulations pour assurer la régularisation foncière et l’application des règles urbanistiques ;
• Accélération des procédures de cadastrage et de sécurisation des titres fonciers.

3.4 – PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

• Renforcement du cadre institutionnel et règlementaire du secteur de l’environnement ;
• Renforcement des capacités humaines des structures en charge de la gestion de l’environnement ;
• Sensibilisation des populations en matière de protection de l’environnement ;
• Renforcement de la préservation de la biodiversité ;
• Renforcement des capacités d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique ;
• Renforcement des filières vertes et du développement durable ;
• Renforcement de la protection durable de l’environnement ;
• Réduction des risques de catastrophes ;
• Prévention et lutte contre les pollutions.

 

Une Côte d’Ivoire solidaire : Une administration plus performante et plus engagée

Le quatrième pilier de la Côte d’Ivoire Solidaire est le développement d’une
administration plus performante et plus engagée.
En effet, notre administration doit devenir un puissant catalyseur au service du
développement du secteur privé, des régions et des citoyens. Cela va s’accompagner
d’un renforcement de notre gouvernance, soutenue par une culture plus soutenue de
la responsabilité et de la performance.

NOS MESURES CLÉS :
4.1 – MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE

• Accélération de l’e-gouvernance pour améliorer l’efficacité et l’efficience dans l’organisation de l’administration publique ;
• Création de la maison des citoyens dans tous les bureaux de poste de la Côte d’Ivoire ;
• Amélioration de la transparence dans les concours d’accès à la fonction publique ;
• Amélioration du fonctionnement et des performances de notre administration par la rétention et valorisation des talents, l’appel aux compétences et la promotion de la méritocratie ;
• Poursuite de l’instauration des contrats de performances à tous les postes de la haute administration ;
• Généralisation des codes de transparence, de déontologie, d’éthique et de reddition des
comptes, afin de lutter contre les pratiques de corruption.

4.2 – DÉCENTRALISATION ET ADMINISTRATION DU TERRITOIRE

• Renforcement de la politique de décentralisation à travers notamment le transfert effectif des compétences et des ressources nécessaires à l’accomplissement des prérogatives des Collectivités Territoriales ;
• Création de l’Institut National de Renforcement de Capacités des Collectivités Territoriales (INRCCT), du Comité National des Finances Locales (CNFL) et de la réforme de la Fonction Publique Territoriale (FPT) ;
• Renforcement de la viabilité des collectivités territoriales, à travers la mise en oeuvre de dispositions économiques et financières adaptées aux spécificités des collectivités territoriales, la promotion de la parafiscalité et les contributions des entreprises privées et autres taxes ou écotaxes pour le développement des pôles économiques compétitifs ;
• Mise sur pied d’un Kit de développement régional comprenant 1 hôpital de référence de 100 lits, 1 lycée d’excellence, +20 km de routes bitumées, des équipements sportifs, 1 centre de loisirs, 1 banque de développement Agricole, 1 guichet pour les PME,
des transports en commun et des Logements sociaux.

4.3 – TRANSFORMATION DE LA GOUVERNANCE

• Poursuite de la déclaration des biens de tous les hauts responsables
de l’administration ;
• Lutte contre les diverses formes quasi institutionnalisées d’absentéisme ;
• Renforcement de la lutte contre la corruption.

 

Une Côte d’Ivoire solidaire : L’homme au cœur de la Côte d’Ivoire prospère

Le cinquième, et pilier central : c’est l’Homme.
L’Ivoirien au coeur de la Côte d’Ivoire Solidaire.

En effet, l’Homme est la finalité mais aussi le moyen pour atteindre notre ambition.
Il s’agira de faire de chaque ivoirienne et de chaque ivoirien, quelles que soient ses origines et ses conditions sociales, un acteur de développement épanoui, qui contribue, par son travail, à la création de richesse et au développement de notre beau pays. Cela suppose que l’ivoirien soit en bonne santé, qu’il ait une bonne éducation et qu’il bénéficie d’une formation en adéquation avec les besoins du marché du travail. Chaque citoyen doit être imprégné des valeurs nationales et ses compétences doivent être valorisées dans la société. Aucun Ivoirien ne doit être oublié.

NOS MESURES CLÉS :
5.1 – RENFORCEMENT ET VALORISATION DU CAPITAL HUMAIN

Améliorer la qualité et efficacité du système éducatif
• Évolution dans l’orientation des élèves et étudiants en faveur des métiers techniques et scientifiques ;
• Amélioration de l’employabilité des diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, à travers la mise en place de système d’accréditation de diplômes ;

• Lancement d’un programme de construction de lycées d’excellence et de centres de formation professionnelle dans chacune des régions ;
• Implication plus forte du secteur privé dans l’élaboration des programmes de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ;
• Poursuite et accélération du programme de construction des universités et des résidences universitaires ;
• Promotion du métier d’enseignant par le renforcement de la formation et la valorisation ;
• Mise en oeuvre d’un programme de rattrapage scolaire et un programme d’alphabétisation ;
• École de la 2e chance : permettre aux jeunes motivés sans diplômes ou avec diplômes et en quête de reconversion de poursuivre une formation qualifiante en vue d’intégrer le marché du travail ;
• Renforcement de l’enseignement supérieur, et booster la recherche scientifique pour favoriser l’innovation technologique et l’essor d’une élite nationale en « matière grise »
• Promotion de la recherche scientique et le développement ;
• Promotion des valeurs éthiques à travers le renforcement de l’éducation civique dès l’école primaire ;
• Poursuite de la promotion de l’Ivoirien Nouveau ;
• Renforcement des institutions de formation d’excellence afin de les hisser au rang des meilleurs écoles africaines ;
• Démarrage de l’apprentissage de l’anglaìs à partir du primaire.

5.2 – PRÉSERVATION DU CAPITAL HUMAIN

Santé
• Poursuite et amélioration de l’offre et de la qualité des services de santé afin de permettre à chaque citoyen d’avoir accès aux prestations sanitaires à travers la construction, la réhabilitation et l’équipement ;
• Poursuite de la généralisation de la Couverture Maladie Universelle (CMU) et la gratuité ciblée des soins notamment pour la mère et l’enfant ;

• Renforcement de la gouvernance du secteur de la santé pour garantir l’efficacité et l’efficience dans l’allocation et l’utilisation des ressources financières, afin d’inculquer la culture du « rendre-compte » ;
• Renforcement de la prévention et de la lutte contre les maladies, la lutte contre le VIH/ Sida, le paludisme, les maladies à potentiel épidémique (y compris Covid-19) et les maladies non transmissibles ;
• Lancement d’un programme de construction de centres de dialyse et de centres de traitement de cancer dans les grandes villes ;
• Réduction de la mortalité maternelle et infanto-juvénile.